Qu’est-ce qu’une crèche privée ?

En fonction du gestionnaire, une crèche peut être publique ou privée.

Elle est publique si elle est opérée par une collectivité territoriale (le plus souvent une ville ; elles sont alors appelées crèches municipales) ou un établissement public.

Les crèches privées comprennent aussi bien celles gérées par les entreprises de crèches que celles administrées par certaines crèches associatives. Elles opèrent des établissements multi-accueils ou des micro-crèches. Depuis 2004, elles peuvent être conventionnées par la CAF (Caisse d'allocations familiales) et ainsi obtenir un financement public à l’investissement et à l’exploitation. En contrepartie, ces structures doivent respecter une réglementation stricte, identique à celle des crèches municipales, en termes de qualité, de réglementation et de contrôle. Cette offre d’accueil est aujourd’hui en pleine croissance.

Les crèches privées assurent des DSP (Délégations de service public, par lesquelles les municipalités confient aux opérateur privés la création et la gestion de leurs crèches) ou opèrent des crèches d’entreprises.

bébé zazzen

Qu’est-ce qu’une crèche d’entreprise ?

Une crèche d’entreprises est une structure d’accueil dédiée à la petite enfance où les places sont majoritairement réservées aux salariés des entreprises. Ces dernières participent au financement de ces places ; elles y sont incitées par de puissants mécanismes d’aides fiscales : conjugués, le CIF (Crédit impôt famille) de 50 % des dépenses engagées (dans la limite d’un plafond annuel fixé à 500 000 euros) et la déductibilité de 33 % de l’IS (Impôt sur les sociétés) de ces dépenses du résultat avant impôt leur permettent de réaliser une économie qui peut atteindre 83 % du prix de chaque berceau.

En fonction du gestionnaire, voici les types de structures qui peuvent être distingués :

  • Crèches mono-entreprise, multi-entreprises ou mixtes (collectivités et entreprises) : gérées par des entreprises de crèches, elles s’adressent aux parents qui bénéficient du soutien financier de leur entreprise ou de leur municipalité (crèches mixtes). Elles peuvent aussi proposer des places aux familles du quartier.
  • Crèches associatives : opérées par des associations qui bénéficient de subventions d’exploitation versées par les collectivités territoriales, elles accueillent la plupart du temps les enfants de familles du quartier.
  • Crèches parentales : opérées par des associations qui rassemblent des professionnels de la petite enfance et des parents qui participent à l’accueil des enfants.

Pourquoi choisir une crèche privée ?

Les crèches privées sont soumises aux mêmes normes que les structures publiques, qu’il s’agisse de la sécurité des locaux, du taux d’encadrement ou encore de la qualification du personnel.

Sous réserve que la famille bénéficie de l’aide de son employeur, les tarifs pratiqués sont similaires. En contrepartie d’un conventionnement, ils sont encadrés par la CAF.

Les crèches privées proposent souvent un projet pédagogique pointu pour attirer les parents. Zazzen propose par exemple un projet pédagogique fondé sur la pédagogie active, qui vise à rendre l’enfant acteur de son développement pour favoriser son éveil et son épanouissement.

Soumises à une saine concurrence, les crèches privées considèrent les familles comme des « clients » plutôt que de simples « usagers » ; leurs professionnel(le)s sont très à l’écoute des parents. Particularité de Zazzen : si la crèche s’avère ne pas être le mode de garde le plus adapté, Zazzen peut proposer des alternatives pour permettre à chaque famille de trouver la solution d’accueil ou de garde d’enfants qui lui convient.