Pourquoi une famille peut-elle trouver grâce à la crèche d’entreprise la solution dont elle a besoin ?

L’arrivée d’un nouveau-né au sein d’une famille engendre souvent des absences et des retards qui ont un impact sur la qualité du travail et génèrent des tensions avec l’employeur. De jeunes parents décident même d’arrêter de travailler parce qu’aucune solution de garde efficace ne leur est proposée. La place en crèche municipale reste difficile à trouver. Il faut souvent réserver des mois voire des années à l’avance pour pouvoir en bénéficier.

Une crèche d’entreprises est une structure d’accueil dédiée à la petite enfance où les places sont majoritairement réservées aux salariés des entreprises.

bébé zazzen

La crèche d’entreprise est donc une solution adaptée aux parents actifs qui souhaitent préserver leur famille et leur rythme de travail. Ce concept leur offre de nombreux avantages :

  • Les horaires de garde sont adaptés à leurs emplois du temps
  • Le coût est proche de celui d’une crèche municipale
  • Les aides de la CAF (Caisse d’allocations familiales) et les réductions d’impôts sont toujours disponibles

Est-ce à l’entreprise d’aider ses salariés dans leur parentalité ? Qu’a-t-elle à y gagner ? N’est-elle pas intrusive en proposant des solutions en la matière ?

L’entreprise y a un intérêt managérial...

Le dernier baromètre publié par l’Observatoire de la parentalité en entreprise fait ressortir que la conciliation entre vie familiale et vie professionnelle reste une attente majeure pour 93 % des salariés-parents, mais qu’elle n’est pour 76 % d’entre eux toujours pas suffisamment prise en compte au sein des entreprises.

Il n’y a pas de performance économique durable sans performance humaine. Par les valeurs de respect qu’elle véhicule, la parentalité en entreprise permet à cette dernière de mobiliser les énergies et de fédérer autour de son projet. En réussissant à mieux concilier vie professionnelle et vie personnelle, ses salariés-parents sont plus disponibles et impliqués.

... et financier

Un groupement d’entreprises suisses (MIGROS, NOVARTIS, NESTLÉ, RAIFFEISEN…) a fait réaliser en 2005 une analyse coût/bénéfice de l’aide à la parentalité. Résultat ? 100 € investis en la matière rapportent 108 €, notamment grâce à la baisse des coûts de recrutement corrélative d’une meilleure fidélité des salariés et à une diminution de l’absentéisme.

Un exemple précis ? Un cadre qui doit pallier un mode de garde défaillant peut y consacrer jusqu’à une demi-journée de travail. S’il gagne 45 000 euros bruts par an, le coût pour l’entreprise est trois fois supérieur à celui du financement d’une solution de garde d’urgence !

Tant en matière de soutien aux parents que d’aide à la parentalité...

Les programmes et actions d’accompagnement identifiés sont soit un soutien aux parents, soit une aide à la parentalité. Le premier peut être des services (places en crèche…), un soutien financier (CESU préfinancé pour le paiement d’une garde à domicile…), des aménagements en matière d’organisation du temps de travail (temps partiel…) ou un accompagnement RH et managérial. L’objectif de la seconde est de promouvoir les compétences parentales ou les bonnes relations parent-enfant.

... l’entreprise n’est pas intrusive à l’égard de la vie de ses collaborateurs

Les salariés-parents cumulant souvent le plus de situations stressantes, il est bien de la responsabilité et de l’intérêt de l’employeur de considérer la situation familiale de ses collaborateurs pour créer un environnement professionnel propice à la motivation et à la performance. L’entreprise qui met en œuvre de telles mesures en faveur de la parentalité est donc dans son rôle. En outre, cela ne signifie pas qu’elle est intrusive à l’égard de la vie professionnelle de ses collaborateurs.

Combien coûte une place en crèche d’entreprise ?

Les prix peuvent varier, généralement entre 12 000 et 20 000 euros, notamment en fonction de la localisation géographique de la crèche, du nombre de berceaux réservés et de la durée de l’engagement pris par l’entreprise. Grâce aux aides dont une entreprise peut bénéficier (crédit d’impôt famille, réductions de charges), proposer des places en crèche à ses collaborateurs est une forme de rémunération particulièrement intéressante : jusqu’à 83 % des frais de fonctionnement de la structure peuvent être pris en charge par l’État.

La dépense annuelle nette, après aides et réductions d’impôts, est donc comprise entre 2 000 et 3 400 euros.

L’entreprise opte ainsi pour une solution gagnant-gagnant : elle bénéficie d’un engagement accru et d’une meilleure productivité de ses collaborateurs, qui tirent avantage des facilités d’organisation qui leur sont offertes pour gagner en tranquillité d'esprit.