Edito > 6 - 12 ans |

rythmes scolaires ; qui s’occupe de vos enfants après la classe ? à quel coût ?

Article du 18 septembre 2015

rythmes scolaires ; qui s’occupe de vos enfants après la classe ? à quel coût ?
La réforme des rythmes scolaires (loi Peillon), en vigueur depuis l’année scolaire 2013-2014 dans les écoles maternelles et élémentaires, a réparti la charge de travail (24 heures par semaine) sur cinq matinées plutôt que quatre, pour placer les apprentissages fondamentaux le matin, période de la journée où les élèves sont le plus attentifs. La prise en charge des élèves est maintenue jusqu’à 16h30 ; des activités périscolaires peuvent donc être organisées dans le cadre d’un projet éducatif territorial (Pedt).

Un coût moyen annuel pour les villes de 150 à 200 euros…

Le coût de la réforme varie en fonction de plusieurs paramètres : la durée des activités (certaines villes se limitent aux trois heures imposées par le décret, d'autres vont au-delà), le taux de participation des enfants aux activités (les estimations vont d'environ un quart des effectifs à la quasi totalité), le taux d'encadrement des enfants… Une enquête réalisée auprès de l’Association des maires de France (Amf) fait ressortir un coût moyen annuel des nouvelles activités périscolaires (Nap) pour les communes compris entre 150 et 200 euros par enfant, représentant pour l’essentiel le coût du personnel d'encadrement.

Initialement prévue jusqu’à l’année dernière, la prise en charge par l’Etat via son fonds d’amorçage de 50 euros par an et par enfant a été pérennisée pour cette année, à condition que les communes mettent en œuvre des activités périscolaires « de qualité ».

Si ces Nap correspondent aux critères de la Cnaf (Caisse nationale d’allocations familiales), celle-ci apporte une aide complémentaire de 0,50 euro par heure et par enfant, soit un total maximum de 54 euros par an. Cette aide n’a pas vocation à s’inscrire dans le temps et devrait s’arrêter en 2017 (budget total de 850 millions d’euros, soit 250 millions par année pleine).

… et une contribution susceptible d’être demandée aux familles

La somme que les communes devront acquitter sera mécaniquement plus importante à partir de la rentrée 2016 puisque le fonds d’amorçage aura disparu, de même que l’aide de la Cnaf en 2017. L’importance du coût de la réforme des rythmes scolaires va vraisemblablement forcer les collectivités à demander aux familles une participation au financement des temps d’activités périscolaires (Tap). Ainsi, à Marseille par exemple, ce sont cette année jusqu’à 2 euros par semaine qui seront demandés à chaque famille.

Des personnels d’encadrement recrutés par la commune…

Les personnels qui vont dès cette semaine assurer l'encadrement de vos enfants après la classe n’ont aucun lien hiérarchique ou financier avec l'Education nationale. C’est votre commune qui les recrute, les rémunère, et, éventuellement, les forme.

… aux compétences hétérogènes

Il peut s’agir de personnels municipaux, qui constituent la majorité des encadrants (animateurs des centres de loisirs, Atsem (Agents territoriaux spécialisés des écoles maternelles) ou autres (salariés des piscines, musées…)), de bénévoles (parents d’élèves, retraités…), d’enseignants volontaires, d’emplois d’avenir.

Il est à craindre, ce que semble confirmer les remontées terrain, que les activités périscolaires soient cette année encore dans certaines communes de la « garderie améliorée ».  Gageons qu’elles sauront mobiliser les bonnes compétences pour confirmer l’intérêt des activités proposées.

Partager la newsletter

Interview > Autres |

la pédagogie active

Article du 17 septembre 2015

la pédagogie active
A l'heure où nos méthodes pédagogiques sont analysées, questionnées voire enviées, la notion de « pédagogie active » prend tout son sens. De nombreuses familles, soucieuses de l’avenir de leur enfant dans un environnement changeant, remettent en question leurs méthodes éducatives. Alors « c’est quoi cette pédagogie active » ? D’où vient-elle, comment l’appliquer ?

MagaZEN : Les origines de la pédagogie active ?

Anne-Sophie Chaunu : La pédagogie active est un ensemble de méthodes qui relèvent de ce qu’on appelle l'apprentissage par l’expérience. La tâche du formateur consiste à impliquer les participants dans des situations tirées de la réalité –ou calquées sur elle le plus possible– pour qu'ils puissent mettre leurs compétences en application et les faire évoluer au cours de la formation.


En d’autres termes, la pédagogie active repose sur des méthodes et une approche relationnelle de la transmission de connaissances.


On considère que l'enfant a en lui les capacités nécessaires pour réaliser beaucoup par lui-même. L'adulte doit accompagner ses découvertes, aménager l'espace afin qu’il puisse « faire » sans avoir à réclamer une aide extérieure.


Différents pédagogues ont contribué à cette notion de pédagogie active par le travail d'observation et d'analyse. Nous pouvons citer par exemple Maria Montessori, Célestin Freinet, Ovide Decroly ou encore Rudolf Steiner.

De tous leurs travaux nous pouvons ressortir plusieurs idées fortes communes qui définissent la pédagogie active :

  • Toujours partir de l'intérêt de l'enfant : imposer une nouvelle acquisition à un enfant est une source d'échec et de frustration. En revanche, observer là où se trouve son intérêt lui permet de développer et d’accompagner une nouvelle compétence et renforcera sa confiance en lui.
  • La formation doit avoir du sens pour l’enfant pour qu'il puisse s'approprier l'enseignement et mieux mémoriser son contenu.
  • Ne pas interrompre une activité ou même une observation. Il faut respecter l’activité spontanée de l’enfant qui recouvre souvent bien plus de contenu que nous le croyons !
  • Ne pas proposer une aide inutile à l'enfant (par exemple le faire asseoir alors qu'il ne maîtrise pas encore par lui-même cette position) car cela peut constituer une entrave à son développement.
  • La pédagogie active implique le respect de l'enfant, de ses compétences, de ses découvertes et de son développement.


MagaZEN : Comment amener de la pédagogie active dans le quotidien ?

A-S. C. : Tout d'abord, il est important de bien connaître les différentes étapes du développement de l'enfant afin de faire les « justes propositions », c'est-à-dire adaptées.

L'environnement de l'enfant est une source de richesses inépuisable. Aménager cet environnement en cohérence avec ses besoins est la clé de la réussite : rendre les jouets accessibles à l'enfant, les trier et les organiser par fonction (plus l'ordre extérieur est respecté plus l'enfant se structure intérieurement).

Les jeux, quant à eux, doivent être le plus simple possible, avec un seul objectif pour chaque jeu, de façon à ce que l'enfant en saisisse rapidement le but. Par ailleurs, dans les gestes du quotidien, il est recommandé de laisser le temps à votre enfant d'essayer par lui-même, de comprendre ses gestes et de les répéter plusieurs fois si nécessaire jusqu'à les maitriser.


La pédagogie active nous apprend à laisser l'enfant explorer divers chemins, même s'ils sont différents du nôtre, afin de lui permettre de se réaliser.

Partager la newsletter

Pédagogie active > 6 - 12 ans |

donner le goût de la lecture aux enfants

Article du 16 septembre 2015

Spontanément, l'enfant se dirige vers les livres : il aime les feuilleter, les manipuler, regarder leurs couleurs chatoyantes, leurs dessins si évocateurs... Plus grands, ils se plongent dans des sagas haletantes, s'identifient au personnage principal dont ils imaginent partager les aventures. Mais à l'heure de la généralisation de la télévision « grand écran », des tablettes et consoles jusque dans les salles de classe, comment donner aux enfants, dès leur très jeune âge, le goût de la lecture ?

Une enquête du Ministère de la Culture et de la Communication précise que seuls 33,5 % des enfants de 11 ans affirment lire tous les jours, et que ce pourcentage –faible– diminue avec l’avancée en âge.

 
Le premier intérêt de la lecture est de développer et d’enrichir le vocabulaire du lecteur et donc le langage. Dès le plus jeune âge, les livres sont un support essentiel de communication : l'enfant nomme ce qu'il voit et ainsi enrichit et affine petit à petit sa palette de mots.

 
Pour les plus grands, l’utilité de la grammaire apparaît : lire régulièrement leur permet de comprendre et d’utiliser correctement les diverses constructions grammaticales et améliore leur maitrise du vocabulaire.

L'idée forte est que la lecture n'est pas une obligation mais un plaisir. Pour cela, dès qu’il est tout petit, nous devons montrer à l'enfant qu'un livre se respecte (on ne le déchire pas, on ne marche pas dessus…).

 
Chaque soir, avant qu’il s’endorme, lisez une histoire à votre enfant. Même si vous ne pouvez lui consacrer plus de temps, quelques minutes suffisent pour créer avec lui un lien spécial, une complicité.

 
Les contes sont un réel apport pour les enfants. En effet, bien souvent le héros auquel ils s'identifient résout des problèmes qu'ils associent aux leurs, ce qui leur permet de trouver leurs propres solutions.

 
Bruno Bettelheim, auteur de Psychanalyse des contes de fées, nous explique que les contes rassurent les enfants en leur montrant que leurs fantasmes ne sont ni uniques ni monstrueux.

 
Ayez à la maison des livres adaptés à l’âge de votre enfant : il sera tenté de les feuilleter lorsqu’il n’aura rien à faire.

 
Donnez l’exemple : pour que le livre fasse partie des activités de votre enfant, commencez par prendre vous-même le temps de lire ! Il devrait vous voir lire. S’il vous voit, vous et son entourage, lire des livres, des journaux ou des magazines, il verra la lecture comme une activité importante et agréable.

 
Une sortie régulière à la bibliothèque permet également aux enfants d'être dans cet univers de plaisir que représentent les livres et la lecture. Mais laissez le choisir ce qu'il souhaite lire !

 
Limitez le temps d’écran : créez du temps pour la lecture en limitant le temps consacré à la télévision, à l’ordinateur et aux jeux vidéo.

La lecture est une ouverture sur un monde magique, elle ouvre les portes de la créativité et permet à votre enfant de mieux maîtriser le monde qui l’entoure !

Anne-Sophie Chaunu, conseillère en pédagogie et éducatrice de jeunes enfants

Partager la newsletter

Sélection Zazzen > 6 - 12 ans |

c'est la rentrée !

Article du 15 septembre 2015

c'est la rentrée !
L'heure de la rentrée des classes a sonné, les joies des vacances paraissent déjà bien lointaines… Afin d'adoucir cette période, nous vous proposons une sélection d'accessoires… pour tous les âges !

1-3 ans :

Pour aller à la crèche, chez la nounou ou juste partir en balade, il est un indispensable pour le tout petit : son doudou ! Afin de ne jamais l'oublier, le sac à doudou est une proposition incontournable !

sac-a-doudou
Le sac à doudou : http://www.les-griottes.com/

3-6 ans :

A cet âge, la notion de temps reste encore assez floue. Pour la préciser, un petit semainier est un bon outil !

semainier-enfant
Le semainier : http://www.petitretro.com/

6-9 ans :

Le temps des devoirs revient ! Mais avec un tableau, ce temps devient plus ludique ! Votre enfant peut y faire ses exercices de maths, y dessiner ses poésies ou encore s'entrainer à la dictée !

tableau-enfant
Le tableau biface : http://www.oxybul.com/

9-12 ans :

Conserver précieusement son argent de poche pour réaliser ses projets, c'est bien ! Cette boîte permet aux pré-ados de découvrir les notions d'économies et de patience tout en rêvant à leurs futurs projets !

cagnotte-enfant
La boîte à cagnotte Tes projets : http://www.maspatule.com/ 

Anne-Sophie Chaunu, conseillère en pédagogie et éducatrice de jeunes enfants

Partager la newsletter

Zazoom > 3 - 6 ans |

fabriquer sa pâte à modeler ateliers créatifs, bricolage, cuisine, déco... pour tous les âges et toutes les envies

Article du 13 septembre 2015

Sait-on vraiment tout ce que contiennent les pâtes à modeler vendues sur le marché des jouets ? Afin de vous rassurer et aussi de vous permettre de varier les couleurs et les plaisirs, nous vous proposons ce mois-ci de fabriquer vous-même votre pâte à modeler ! A vous de jouer !

Les ingrédients :

  • 1 tasse de farine
  • 1 tasse d'eau
  • ½ tasse de sel
  • ½ tasse de fécule de maïs
  • 2 cuillères à soupe d'huile
  • des colorants alimentaires

1. Bien mélanger l'ensemble des ingrédients dans un saladier.
2. Verser dans une casserole et remuer jusqu'à ce que la pâte ne colle plus aux parois.
3. Faire (sans se brûler!) plusieurs boules et les malaxer en incorporant différentes couleurs grâce aux colorants alimentaires, afin de varier les propositions !

Afin de conserver au mieux la pâte à modeler, vous pouvez utiliser des sacs de congélation et la garder au frigo !

Anne-Sophie Chaunu, conseillère en pédagogie et éducatrice de jeunes enfants

Partager la newsletter